Jean-Joseph Goux - La Cybermonnaie ou les doigts de la main invisible.
this text is part of the project New Forms for Financial Exchange
L'avoir bancaire est une écriture d'écriture. Le change est plus important que l'échange. Parallèlement le capitalisme financier l'emporte en puissance sur le capitalisme industriel. Et l'économie dite virtuelle (financière, boursière, bancaire, etc.) devient plus déterminante que l'économie dite réelle (la marchandise tangible).

Très parallèlement à ce mouvement de l'économie (qui trouve son premier point de rupture au tout début du xxe siècle), la peinture et la littérature, s'affranchissent de la référence à l'objet. Le tableau ne fait plus signe vers un monde visible qui lui est extérieur, il crée un univers autonome de signes. La rupture anti-représentationnelle du cubisme et de l'art abstrait est tout à fait contemporaine de ce changement de régime du signe monétaire, qui fait passer de l'or à l'écriture, de la valeur incarnée au simple signe, de la chose au système.

Pareillement, la théorie linguistique de Saussure, au même moment, ne conçoit plus la langue comme relation directe à un référent, un rapport du mot à la chose qu'il signifie, mais comme un renvoi des mots à d'autres mots, selon un jeu différentiel des vocables que Mallarmé avait pressenti.

C'est donc le billet imprimé par la banque centrale, portant les emblèmes et la garantie de l'État, et non plus l'auguste et triomphante monnaie-or, chère à Balzac, qui circule. Mais la convertibilité de ce rectangle de papier imprimé, en métal précieux sonnant et trébuchant, est de plus en plus lâche, indirecte, partielle, voire -->
one
back
this document has been last worked on on mercredi, 11-nov-1998 00:00:00 CET
next
part
[Moving Art Studio] |  [Mailing List e-money]  |  [PDF version of this text]